fbpx
Opyxis

4 bonnes raisons de ne pas consulter un psychologue (du travail).

Avant toute chose, nous tenons à préciser que cet article concerne les psychologues du travail et non les psychologues cliniciens. 

Un.e psychologue du travail vous accompagne sur des problématiques liées à la vie professionnelle et non personnelle, même si les deux sont parfois étroitement liées. 

Il.Elle peut intervenir à des niveaux collectifs, sur de la formation, des ateliers ou encore auprès des salariés d’une même entreprise dans une optique d’amélioration des conditions de travail et/ou la préservation de la santé mentale. Il.Elle peut également intervenir à des niveaux individuels auprès de personnes vivant une souffrance au travail ou souhaitant être accompagnées dans leur évolution professionnelle.

Plus précisément, le.la psychologue du travail peut : 

  • Accompagner les trajectoires de carrière (reconversion professionnelle, bilans de compétences, recrutement, intégration, reclassement, formations, …)

  • Prévenir et gérer les sources de souffrance au travail (burn out, harcèlement, conflits, qualité de vie au travail, surcharge professionelle, discrimination, perte de sens, analyses des pratiques professionnelles)

  • Intervenir dans le développement des organisations de travail
 

Maintenant que nous en savons un peu plus sur ce qu’est un.e psychologue du travail, voici 4 (fausses) bonnes raisons de ne pas aller en voir un.e.

1. "Je sais déjà pourquoi je vais mal"

Nous entendons souvent des personnes nous dire qu’elles ne vont pas voir de psychologue car elles savent déjà le pourquoi du comment elles en sont là aujourd’hui. Peut-être est-ce votre cas ? Mais en êtes-vous sûrs ?

bilan de competences

 

Un mal-être peut provenir de nombreuses sources différentes ; des problèmes de communication, une mauvaise gestion émotionnelle, des difficultés relationnelles, un traumatisme sous-jacent, etc. Toutes ces raisons proviennent de votre construction personnelle, des croyances et des comportements que vous utilisez pour évoluer dans votre quotidien. 

Parfois les liens que vous faites par vous-mêmes et qui vous semblent si évidents, ne sont pas forcément responsables de la situation dans laquelle vous vous (re)trouvez en difficulté. Il y a certains éléments liés à votre construction de vie qui sont plus subtiles et qui nécessitent qu’une autre personne vous aide à structurer vos réflexions et vos analyses. N’oublions pas qu’il existe également de nombreux mécanismes psychiques qui s’installent dès notre plus jeune âge pour nous protéger de la souffrance : le déni, la distorsion, l’oubli, le transfert, etc. 

Afin de ne pas être manipulé par notre propre esprit, il est intéressant de faire appel à un.e spécialiste du fonctionnement humain tel que le psychologue

2. "Je ne vais pas si mal, cela passera"

Nous avons tous et toutes tendances à repousser à plus tard ce qui concerne notre santé mentale. Nous avons même souvent tendance à mettre ça sur le dos du temps. 

Ne connaissez-vous pas l’expression “mieux vaut prévenir que guérir” ? De nombreuses personnes arrivent en consultation après avoir craqué psychologiquement. Pourtant, il est beaucoup plus simple d’évoluer professionnellement ou de développer certaines compétences relationnelles lorsque nous nous sentons en bonne santé mentale. 

Lorsque vous venez une fois le mal fait, il y a tout un travail de remise sur pieds à réaliser avant de pouvoir vous donner les outils nécessaires à un mieux être au travail. 

Alors pourquoi ne pas profiter de consulter un psychologue du travail afin d’obtenir des compétences qui nous permettraient d’éviter une souffrance voire un effondrement psychologique ? 

3. "Parler de mes problèmes ne m'aidera pas à les résoudre"

Pour celles et ceux qui ont déjà pratiqué cette méthode, elle n’est plus à prouver mais nous savons qu’il existe encore de nombreuses personnes qui n’en connaissent pas les bénéfices. 

bilan de compétences

Le fait de verbaliser ses difficultés, ses inquiétudes, ses doutes ou encore ses souffrances permet plusieurs choses : 

 

  • Libérer l’esprit de pensées parasites : tant que vous ne verbalisez pas ou n’écrivez pas ce qui se trouve dans votre esprit, cela aura tendance à continuer de prendre de la place.
 
  • Se soulager des émotions négatives et tensions : se sentir écouté et compris permet de sortir du sentiment de solitude mais aussi de l’impression de gravité parfois exagérée d’une problématique. Par ailleurs, le simple fait d’exprimer ses ressentis nous amène à les conscientiser et donc à les vivre. Une fois qu’une émotion est vécue, elle ne nous envahit plus car son ressentie sera toujours éphémère.
 
  • Trouver de nouvelles solutions et stratégies : rester seul dans ses réflexions ne permet pas d’évoluer car vous aurez tendance à chercher des solutions grâce à ce que vous avez vécu et ce que vous savez déjà. Parfois cela suffit mais d’autres fois, il est nécessaire de nourrir votre socle de connaissances du monde pour élaborer de nouvelles façons d’agir face aux problématiques rencontrées. Faire appel à un soutien psychologique vous permettra de vivre des prises de conscience et de trouver des solutions concrètes.
 
  • Comprendre d’où vient le mal-être : il n’est pas toujours évident de trouver par soi-même les raisons profondes de sa souffrance. Il se peut que les conflits que vous rencontrez au travail proviennent par exemple de la manière dont vous avez appris à communiquer, en observant votre famille quand vous étiez plus jeune. La source réelle d’une problématique n’est pas facile à trouver seul et c’est pour cela que discuter au calme, à voix haute et avec une personne extérieure à la situation, peut vous aider à réaliser des liens parfois insoupçonnés. 

4. "Je ne sais pas ce que je veux"

Cette (fausse) bonne raison, je l’entends souvent dans le cadre des évolutions professionnelles. Souvent les personnes n’osent pas se lancer dans un suivi avec un psychologue du travail car elles ne savent pas vers quoi elles veulent évoluer. 

Les échanges avec un.e professionnelle vous permettront de structurer votre pensée, d’analyser qui vous êtes, sur quoi vous vous êtes construit, ce qui vous conviendrait en terme d’environnement professionnel pour enfin élaborer des projets potentiels. 

Vous n’avez donc pas besoin de savoir ce que vous voulez pour aller voir un.e psychologue du travail. C’est juste pour cette raison que vous pouvez décider de commencer un suivi. 

Et vous, quelle est votre bonne raison de ne pas aller voir un.e psychologue ?

5. Le bilan de compétences Opyxis.

Chez Opyxis, nous réalisons des bilans de compétences pour toutes et tous sur plusieurs agences en France. Chaque psychologue du travail Opyxis vous aide à (re)donner du sens à votre travail.

Appelez-nous