fbpx
opyxis

CPF : une nécessité d’encadrement !

Depuis plusieurs mois, nous sommes inondés d’appels pour l’utilisation de notre compte personnel de formation.

Tout d’abord, ces appels abusifs sont illégaux et ne respectent pas la RGPD !

Ensuite, il faut savoir que derrière chaque appel se trouve un organisme de formation peu scrupuleux qui ne respecte pas la loi.

Ces actions illégales ont mené à une explosion de l’utilisation du CPF bien souvent à mauvais escient.

1. L'état serre la vis !

Afin de sécuriser la qualité des accompagnements l’état a mis en place la certification Qualiopi qui permet aux organismes de bénéficier d’un accès au CPF.

L’objectif de cette mesure étant l’écrémage des organismes peu qualitatifs.

Par ailleurs, récemment France Compétences et la Caisse des dépôts qui pilotent le dispositif CPF ont mis en place des campagnes de déréférencement des organismes peu qualitatifs.

Le directeur du CPF, Monsieur Laurent Durain, a piloté une campagne de sensibilisation nécéssaire pour favoriser la protection des usagers.

Voir la campagne 👉 Ici.

2. Le bilan de compétences en danger ?

Parallèlement, la cour des comptes a préconisé la suppression du bilan de compétences des prestations financées par le CPF.

Le gouvernement par la voie de Mme Elisabeth Borne n’a pas décidé de suivre cette préconisation.

C’est une remise en cause d’un dispositif qui est essentiel pour permettre à chacun de donner du sens à sa vie professionnelle.

Sophie Clamens, déléguée générale de la fédération des CIBC partage notre vision dans cette tribune.

3. Opyxis passe à l'action !

Premièrement, le président d’Opyxis, Robin Brenneur, a écrit une lettre au ministre du travail pour apporter au débat, la voix d’Opyxis, premier réseau de psychologues du travail en bilan de compétences. 

Deuxièmement, des préconisations ont été avancées pour encadrer le CPF et défendre ce dispositif.

Enfin, Opyxis propose un encadrement de la profession afin que les bilans de compétences soient réalisés par de vrais experts formés.

Robin BRENNEUR .

Appelez-nous